Chronique couche-tard #1

J’inaugure cette nouvelle catégorie, la chronique couche-tard. Elle rime avec rue Mouffetard et ça ne fait sans doute plaisir qu’à moi, mais on aime bien les petits trucs symboliques par ici. Il y a bien longtemps que je suis échaudée par l’écriture « personnelle » et la raison m’échappe pour ce soir. J’ai envie de renouer avec ça et c’est l’objet de cette chronique. Pour changer un peu des billets culturels, de mes opinions et, surtout, pour écrire plus souvent. Parce que ça fait du bien, même si c’est pour dire rien du tout.

C’était juste pour prévenir alors je fais court, il est déjà 2h passées et j’ai un puissant mal de crâne. Même les couche-tard ont besoin de dormir.

J’ai pris la photo d’en-tête ce weekend, c’est un océan juilletiste. Je sais, on ne dirait pas, il a plutôt la couleur d’un mois de novembre. Ce n’est pas triste, la mer est belle quelle que soit sa couleur et la saison.
J’adore cet endroit, c’est sans doute l’un des plus chouettes coins de Vendée. La Pointe du Payré, à Jard-sur-Mer. On traverse la forêt pour atteindre l’océan et selon la période de l’année et la marée, on entend les galets qui roulent.

Je n’y retournerai pas avant septembre, je ne tiens pas à ne pas me retrouver seule là-bas, ce serait gâché.
Et ce sera tout pour cette fois, j’ai bien trop sommeil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *